Oreilles d’altitude

Refuge du Promontoire (3092 m)

Refuge du Promontoire (3092 m)

Les refuges d’altitude offrent gîte, couvert et réconfort aux alpinistes et randonneurs. Ce sont des îlots d’humanité dans la rudesse d’une nature magnifique, grâce à la présence de gardien.ne.s qui y vivent cinq mois de l’année. Quels sont les espaces sonores quotidiens de ces veilleurs des cimes à l’intérieur et à l’extérieur de leur havre perché ? Au rythme de trois refuges alpins dans le massif des Écrins, ce projet documentaire questionnera la perception intime qu’ils en ont et qu’ils nous font partager.

Etre là-haut ! – Frédi – 5’15   [Votre rapport au refuge]
Le cliquetis des cordées dans la nuit – Frédi – 1’22   [Sons intérieurs du refuge]
Les sons désagréables de Riton – 3’38 [Sons intérieurs du refuge]
C’est comme avoir soif ! – Anne – 2’11   [Votre rapport à la montagne]
La compagne de Boris – 2’14   [Votre rapport à la montagne]
Contraste et apprentissage  – Frédi – 2’29   [Votre rapport au silence]
Dans le ronflement du vent et la tempête – Frédi – 4’43    [Sons de la montagne]

Repérage avec les gardien.ne.s :
– Frédi Meignan – refuge du Promontoire (3092 m) dans le massif des Ecrins (38) – le 12/9/2017 à Grenoble (38)
– Anne Debeaune – refuge des Drayères (2180 m) dans la vallée de la Clarée (05) – le 8/9/2017 in situ
– Boris Debeaune – refuge des Drayères (2180 m) dans la vallée de la Clarée (05)  – le 8/9/2017 in situ
– Henry Brosse, dit Riton – refuge Laval (2010 m) dans la vallée de la Clarée (05)  – le 8/9/2017 in situ.